Histoire et patrimoine

Blason_de_la_ville_de_Saint-Christol-lès-Alès_(30).svgLa ville de Saint Christol lez Alès est située au confluent de la plaine languedocienne et de la montagne cévenole. Elle offre des paysages inoubliables, une nature généreuse et une histoire forte et originale : tout un ensemble qui offre des ressources touristiques uniques et préservées.

C’est une commune qui a échappé à l’industrialisation de la région d’Alès et au bassin minier, bien qu’une concession pour l’exploitation des minerais (fer, zinc, plomb) fasse mention de Saint Christol à côté d’autres communes. Le village est resté résolument agricole, riche en terre fertiles, il est demeuré ouvert aux cultures variées : outre les mûriers plantés dès 1709 pour alimenter d’importants élevages de vers à soie, la vigne, les oliviers, il s’y développa aussi un élevage laitier, des productions maraîchères, fruitières et céréalières qui subsistent dans le paysage.

Saint Christol est à une petite lieue d’Alès. Sa surface s’étend sur 2025 hectares, à 44°5’74” de latitude Nord et à 4°4’42” de longitude Est. Elle comprend plusieurs hauteurs et une partie de la plaine alluviale de la rive droite du Gardon d’Alès, rivière non navigable qui prend sa source dans les hauteurs des Cévennes.

La Mairie de Saint ChristolOn trouve différentes appellations :

1264 : ECCLESIA SANTI-CHRISTOFORI ; 1345 : SANCTO-CHRISTOFORO ; 1346 : SAINT-CHRISTOFLE près d’Alest ; 1395 : SAINT-CHRISTOBAL ; 1435 : SAINT-CHRISTOFLE ; en 1582 apparaît le nom de SAINT CHRISTOL de la Viguerie d’Alès.

L’histoire du village est mal connue jusqu’au XVIème siècle. Il est vraisemblable que l’occupation du territoire de Saint Christol soit calquée sur celle d’Alès. Les hommes ont occupé l’espace de la commune pendant la préhistoire, les périodes préromaine et romaine.

Ses vestiges se regroupent autour de son château et de son église du XIème siècle. Celle-ci, reconstruite en 1842 sur les ruines d’une église incendiée en 1702 par les Camisards, vit son architecture modifiée et conserve peu de traces de sa puissance et de son prestige. Le château de Saint Christol abrita une partie de la bourgeoisie d’Alès, mise en fuite par Jean Cavalier et ses Camisards, au Mas Cauvy…

Le prieuré de Saint-Pierre de Vermeil apparaît au XIIIème siècle et devient l’église principale de la paroisse avant d’être partiellement détruite au début de la Réforme des protestants à la fin du XVIIème siècle. Elle n’a jamais été relevée, elle est devenue une grange, mais quelques pierres d’origine laissent toutefois découvrir une empreinte de son existence.

L’Obélisque, appelé Pyramide, érigé en 1777 en l’honneur de Monseigneur de Beauteville, évêque d’Alès, commémore la modification des voies abruptes reliant Montpellier, Alès et Anduze en chemins carrossables. Sa hauteur est de 10 mètres 44 sans la boule qui la coiffe ; celle du socle est de 2 mètres 54, ce qui donne une hauteur totale de l’ordre de 13 mètres. Le socle hexagonal portait sur les 3 côtés des plaques de marbre avec des phrases en latin. Ces marbres furent arrachés en 1793, lors de la révolution. Ils furent replacés en 1868 par M. Decoeur, ingénieur des Ponts et chaussées, qui en en profita pour restaurer le monument octogénaire.

Le château de Montmoirac est situé sur une hauteur qui domine la plaine du Gardon. Son nom viendrait peut-être de MONMIRAR (“Regarder” en occitan), mais d’autres origines sont avancées par les historiens. Il y aurait d’abord eu une tour de guet surveillant le Gardon et les Cévennes. Ce château, démoli à plusieurs reprises, reconstruit au XI ème siècle, a appartenu à plusieurs familles.

Le château d’Arènes est un ancien château du XIème siècle. Il y avait cinq ou six feux autour de l’église de Saint Martin d’Arènes. Raymond de Soucanton, au XIVème siècle, a reconstruit son château englobant Saint Martin. Pour en faciliter l’accès il fit construire le Pont d’Arènes.

Le Temple du Rouret était bâti sur un large espace de terre. Avant 1949, ses ruines étaient encore visibles. Actuellement on peut profiter d’un magnifique paysage de verdure, site où se mêlent activités culturelles, sportives et de loisirs.