Une ville à la campagne

L’histoire de la commune

La ville de Saint Christol lez Alès est située au confluent de la plaine languedocienne et de la montagne cévenole. Elle offre des paysages inoubliables, une nature généreuse et une histoire forte et originale : tout un ensemble qui offre des ressources touristiques uniques et préservées.

La commune a échappé à l’industrialisation de la région d’Alès et au bassin minier, bien qu’une concession pour l’exploitation des minerais (fer, zinc, plomb) fasse mention de Saint Christol à côté d’autres communes. Le village est resté résolument agricole, riche en terre fertiles, il est demeuré ouvert aux cultures variées : outre les mûriers plantés dès 1709 pour alimenter d’importants élevages de vers à soie, la vigne, les oliviers, il s’y développa aussi un élevage laitier, des productions maraîchères, fruitières et céréalières qui subsistent dans le paysage.
Saint Christol est à une petite lieue d’Alès. Sa surface s’étend sur 2025 hectares, à 44°5’74” de latitude Nord et à 4°4’42” de longitude Est. Elle comprend plusieurs hauteurs et une partie de la plaine alluviale de la rive droite du Gardon d’Alès, rivière non navigable qui prend sa source dans les hauteurs des Cévennes.

Les différentes appellations au fil du temps :

  • 1264 : ECCLESIA SANTI-CHRISTOFORI
  • 1345 : SANCTO-CHRISTOFORO
  • 1346 : SAINT-CHRISTOFLE près d’Alest
  • 1395 : SAINT-CHRISTOBAL
  • 1435 : SAINT-CHRISTOFLE
  • en 1582 apparaît le nom de SAINT CHRISTOL de la Viguerie d’Alès.

L’histoire du village est mal connue jusqu’au XVIème siècle. Il est vraisemblable que l’occupation du territoire de Saint Christol soit calquée sur celle d’Alès. Les hommes ont occupé l’espace de la commune pendant la préhistoire, les périodes préromaine et romaine.